12 eme

12 eme

lundi 21 septembre 2015

ZERRIOUH

ZERRIOUH

1992 est l'année de mes débuts dans le milieu professionnel du bâtiment où pendant trois ans, j'essaye activement d'y sévir pensant être là une possibilité de carrière. Mais les "démons de la B.D. allaient bien vite me rappeler à l'ordre ! 1994 : je participe avec des copains à la création du fanzine "KROM" à Amiens. À l'époque, Dragon Ball Z bat son plein à la télé, suivi dans la foulée par l'arrivée de son manga (et je ne parle même pas de la vague Akira !!). Passionné de sport de combat, que l'on découvre successivement dans les épisodes de la série, cela me donne l'idée de créer un univers basé exclusivement sur des tournois de combat : c'est ainsi qu'est née ma première série intitulée le plus simplement du monde : TOURNOIS. Voyant que le public réagit bien à mes premières armes dans la B.D., je tente, dès 1995, tout naturellement une approche auprès des éditeurs basés essentiellement à Paris et ce, pendant presque 4 ans!! Mais rien n'y fait. La réputation négative du manga ou bien le fait que cela soit fait par des français, ne convainc guère les professionnels de l'édition (à une ou deux exceptions près). Il faut bien admettre qu'à l'époque des pointures telles que OTOMO, TSUKASA HOJO, ou encore KATSURA sont les fers de lance dans ce genre de B.D. et comptent parmi mes auteurs favoris (ils le sont toujours, par ailleurs!!!). En attendant, mon style n'interesse pas pour autant les éditeurs... Je me retourne donc vers l'édition de presse afin d'essayer une approche moins directe et savoir si le public peut apprécier ce genre de B.D.... C'est dans le magasine "YOKO" que sont éditées les planches de ma nouvelle série "METRO-CITY 2097", l'objectif étant de cibler un public plus large au niveau national. Cette aventure incroyable durera presque deux ans mais sans parvenir à convaincre des éditeurs sur le potentiel que j'essayais d'entrouvir quant à ce genre de style (comics & manga) avec cette "french touch" qui la caractérise. Lors de la dernière parution de YOKO, il fallut me stabiliser "financièrement": 1998 fut donc pour moi une année "dessin bâtiment" (j'ai dû faire deux planches de B.D. à tout casser!!). Néanmoins, cette année symbolisa néanmoins un point positif car j'allais faire la connaissance de mon futur coloriste Emmanuel Pinchon avec qui j'allais tenter de mettre, pour la première fois, des couleurs informatiques sur mon travail (P.S : oui, j'étais encore adepte des trames nippones à l'époque!). L'alchimie prends tout de suite et j'entrevois le début de grandes possibilités sur notre travail commun, sans me douter que quelques mois plus tard, j'allais faire la connaissance d'Isabelle Plongeon, (ma future scénariste) qui allait me proposer le scénario d'ÉLOÏMS!! La suite, vous la connaissez aussi bien que moi...

 

ALBUMS 

Eloïms
Poussières de l'infini (Les)
Léa Parker
Metro-city 2097
Shogun Mag (puis Shogun Shonen)
Kenro
Chroniques d'un mangaka
Infinity & Dust
 
Rolling Floyd (The)

 



 (sources http://www.bedetheque.com et https://fr.wikipedia.org)